Festivals & Dédicaces

Dédicace de Jussi Adler-Olsen à Lille

Le 19 janvier 2016, Jussi Adler-Olsen était présent au Furet du Nord (Lille) pour la sortie de Promesse, la 6e enquête du Département V. Compte-rendu de ce qui s’est dit lors de cet échange avec un auteur bien sympathique!

  • Son livre préféré est Le rouge et le noir de Stendhal. En tant que scandinave, il lit beaucoup. Son père parlait très bien le français. Pour lui, la littérature française possède un très beau style d’écriture et de de bonnes histoires comme dans Le Comte de Monte-Cristo.
  • Lors de ses études, il a étudié les littératures américaine, anglaise et française. Il a lu Stendhal, Hugo, Dumas.
  • Il aime aussi le cinéma français. Il a vu tous les films des années 60, c’est-à-dire ceux de la Nouvelle Vague en noir et blanc. Pour lui, le cinéma français fait les meilleurs films romantiques.
  • Pour lui, la première histoire « thriller », c’est la Bible. Le propre d’un thriller, c’est d’éviter un meurtre, pas d’en résoudre un.

Il a planifié 10 enquêtes pour le Département V, mais comment savait-il cela avant d’en commencer l’écriture ?

Jussi Adler-Olsen est un ancien éditeur et il avait en tête de faire le plus long « thriller » au monde. Il connaissait déjà l’histoire mais il ne savait pas s’il aurait du succès. Promesse doit être vu comme le 6e chapitre d’une histoire. S’il y a 10 livres dans la série Département V, cela fait en réalité 10 chapitres pour une seule grande histoire. Il savait déjà les secrets du trio principal (Carl, Assad et Rose). Pour lui, il doit savoir ce qui va se passer et comme nous sommes des lecteurs très intelligents, il nous distille les informations petit à petit, il ne nous donnera pas tout du premier coup. Il ne va pas trop non plus dans les détails car il veut laisser place à l’imagination du lecteur.

Est-il sûr qu’il n’y aura que 10 livres ?

Le trio principal a des réactions auxquelles lui-même ne s’attend pas. Les personnages sont forts et l’action/la communication entre eux est plus forte.

Comment a-t-il « casté » ses personnages pour son livre (on ne parle pas ici de l’adaptation cinéma des 2 premiers livres) ?

Pour lui, il faut un très bon acolyte à côté du personnage principal, Carl Mørck. Un peu comme le Watson de Sherlock Holmes. Il faut savoir que Jussi est un peu comme Carl, il aime la musique et a tendance à être paresseux. Il faut donc un acolyte qui puisse stimuler Carl dans l’action et c’est pour cela qu’il a créé Assad. Assad est assez mystérieux mais a aussi de l’humour. Si on a deux personnages qui sont complémentaires, il en faut une 3e qui amènera un peu de « chaos » (Rose). Si on ajoute en plus des secrets pour chacun d’entre eux, on a une combinaison infinie d’histoires avec ces trois personnages.

Pour le personnage Carl, Jussi s’est inspiré d’une personne qu’il a croisé dans l’hôpital psychiatrique où son père travaillait lorsqu’il avait 6 ans.

Assad est un réfugié syrien. Les réfugiés est un thème vraiment d’actualité mais le personnage a été créé bien avant, est-ce une coïncidence ?

Il avait publié une histoire dans laquelle un avion se retrouve dans un bâtiment. Trois mois plus tard, les attentats du 9/11 se sont déroulés. Maintenant avec Assad, il espère que tout cela n’est qu’une coïncidence. Assad est plein de secrets. Peut être que la Syrie était un pays en paix il y a 10 ans.

Pourquoi avoir choisi une île pour cette 6e enquête ? Une île est un lieu clos.

C’est parce que c’est différent du reste du Danemark, c’est mystérieux et il y a des fans de la secte du soleil.

Question en rapport avec les sectes et les gourous.

Il y a un rapport de force, d’emprise entre les personnes. C’est un thème récurrent. Avoir de l’emprise sur une personne n’est-il pas le pire que l’on puisse faire? On ne contre pas cela en agitant le doigt et en disant « c’est paaaaas bieeeeen ». Quand on fait cela sur un enfant, l’enfant s’en fiche. Alors pourquoi un adulte y réagirait. Pour cela, rien de tel que la satyre, l’humour et l’ironie.

Des livres politiques ?

C’est la meilleure façon de regarde notre époque. Pour que l’on puisse comprendre ce qui se passe, il faut raconter autre chose, parler du passé pour ce qui est en train de se passer. L’histoire de quelqu’un d’autre peut être racontée pour critiquer la personne que l’on a en face de nous.

Comment écrit-il ses livres ?

Il connait toutes les choses sur Carl, Assad et Rose. Il écrit 22 pages sur l’histoire qu’il résume dans les grandes lignes. Pour lui, c’est marrant d’écrire car il y a plein de problèmes qui surgissent.

Là il nous raconte une histoire: une femme est enfermée dans une cabine téléphonique, elle a les mains liées derrière le dos et elle manque d’oxygène. La cabine, qui est complètement insonorisée, se trouve au milieu de la cours de récréation d’une école maternelle et les enfants jouent autour. Comment peut-elle faire pour appeler au secours? Cette dame ne peut pas mourir parce que c’est le personnage principal. C’est ce genre de problème qu’il est amené à résoudre. La solution qu’il nous a donné est que la dame urine, ainsi cela mouille le sol et cela passe sous la cabine. Les enfants qui s’amusent à faire des châteaux de sable se mettent à en construire de meilleurs vu que le sable est mouillé. Cela attire donc l’attention d’une maîtresse.

Il y avait 5 endroits à problèmes lors de la rédaction de Promesse.

Qu’est-ce qui explique le succès international des polar « scandinaves » ?

Quand il était éditeur, il voyait beaucoup de ses collègues mourir à cause du stress. Il n’avait pas envie de finir comme eux et donc, à 45 ans, il a arrêté et s’est mis à écrire. Cela lui permet aussi de profiter de sa famille, de ses amis, de la musique, de ses hobbys.

Avec le succès qu’il rencontre, il se rend compte qu’il échange son temps libre pour voyager et rencontrer les lecteurs. Même s’il est heureux de le faire, il regrette tout cela. En temps normal, il emmène sa femme avec lui mais comme elle est peintre, elle a aussi sa propre carrière. Aujourd’hui, il y avait à la place Elizabeth, son assistante.

Il ne lit plus de thrillers depuis qu’il écrit (depuis 10 ans donc) car il a peur d’être influencé. Les Scandinaves sont des conteurs nés, ils se racontent des histoires au coin du feu. Cela implique donc de créer des intrigues, de bons personnages qui vivent cette intrigue.

Session questions-réponses avec le public:

  • On lui a demandé une fois s’il était toujours un viking. Il a répondu « oui » et qu’il tuait des personnes juste pour se réchauffer.
  • Etre un auteur international demande du courage.
  • Il a raconté un souvenir: Avec un de ses amis, il a créé une cabane dans les arbres d’une forêt et ils ont fait le pari d’y rester une semaine. Pour passer le temps, ils ont fumé de l’herbe enroulée dans des feuilles d’arbre, ce qui a eu une fâcheuse conséquence sur leurs intestins (si vous voyez ce que je veux dire). Son ami se souvenait très bien des histoires d’Agatha Christie et d’Edgar Allan Poe. Lui ne se souvenait pas d’histoires mais il en a inventé. Il a imaginé qu’une personne les épiait depuis les buissons et qu’il viendrait les étrangler. Résultat, son ami n’a pas dormi pendant 3 jours! C’est là qu’il a su qu’il était fait pour écrire, même s’il a attendu 30 ans avant de s’y mettre.
  • Il a été influencé par Maj Sjöwall et Per Wahlöö qui intégraient des thèmes sociaux, politiques et des dialogues superbes dans leurs livres. Ces dialogues, qui permettent de percer les personnages, est ce qui manque, selon lui, dans les histoires de crime en France.

Voila tout ce qui s’est dit lors de cette rencontre. En tout cas, Jussi Adler-Olsen est un auteur fort sympathique (au risque de me répéter ^^), très abordable, qui n’a pas hésité à faire des petits messages vidéo aux personnes qui le lui demandaient pendant la signature. Il est resté debout tout le temps, même pendant l’échange! En tout cas, il est tellement expressif et théâtral que même une personne qui ne cale rien en anglais aurait compris ce qu’il disait.

Album photo sur Facebook

Publicités

Laisser une bafouille

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s